Les instantanés littéraires

kristen-angelo2
© Kristen Angelo

Aujourd’hui, je vous emmène sur un terrain fertile à l’imagination et au champ de tous les possibles : la lecture ! Une nouvelle rubrique que j’hésitais à mettre en place sur le blog car le rapport à l’œuvre est tellement personnel, les sensations ressenties vraiment intimes, que j’avais peur de ne pas réussir à me livrer sur le sujet.

Citation-bon-livre

Avant tout, c’est une passion dévorante qui m’a été transmise depuis ma tendre enfance par ma famille. Mamé (ma grand-mère) lisait un livre par jour et me poussait vers Barjavel, Marie Higgins-Clark et divers polars. Maman lisait constamment, avec notre chatte Cannelle qui venait squatter ses genoux. Des Piliers de la Terre aux thrillers noirs, je la voyais plonger dans ces moments littéraires avec délectation. Mon père étanchait sa soif de connaissances dans les écrits scientifiques et prenait plaisir en lisant de la science fiction. C’est un mode de vie familial en quelque sorte. 😉

Quel a été le premier roman que m’a vraiment marqué ? Le parfum de Patrick Süskind. Une révélation ! J’ai compris que des mots pouvaient former une histoire qui avait le pouvoir de se matérialiser devant mes yeux de jeune ado de 11 ans et que je pouvais la vivre avec force et implication. Depuis, en ouvrant un livre, en feuilletant ses pages tramées et noircies de mots, en sentant l’odeur de poussière de certains volumes anciens, j’ai à chaque fois l’impression de vivre un moment important.
Les livres ne sont pas seulement de beaux ouvrages, ce sont également des objets de mémoire. Ils ont vécu et parfois voyagé depuis leur parution. Ils ont été lus et relus, prêtés, feuilletés, parfois cornés et, surtout, ont reçu une dose d’émotion. Quand je reprends un livre que j’ai déjà lu, je me retrouve plongée dans l’histoire mais aussi dans d’autres lieu et période de ma vie passée, moment où les souvenirs infimes reviennent à moi. C’est un bonheur simple que j’aime revivre. 

Mais concernant un article au sujet d’un livre, comment l’aborder sans tout révéler ? Après mûre réflexion, j’ai choisi de faire simple avec un résumé de l’introduction du récit et mon ressenti personnel de l’œuvre. J’espère que ça vous plaira et vous donnera envie de lire les livres que j’aborderai ici.

S’ouvre donc sur le blog une nouvelle parenthèse de culture, et pour l’inaugurer, j’ai choisi de vous parler très prochainement de Les brumes de l’apparence de Frédérique Deghelt. 

À très vite et bonne lecture à tous,

Kloé

Gianluca Biscalchin - Café Littéraire. Source Pinterest.
© Gianluca Biscalchin – Café Littéraire.

 

1 - Cet article t'a plu ? Clique ici. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *