Crimson Peak

Crimson-Peak-affiche

Pour la première fois, Sébastien et moi-même avons tenu à vous livrer tous deux nos avis sur le dernier film de Guillermo Del Toro actuellement en salles : Crimson Peak.

Une jeune femme de l’aristocratie américaine du début du siècle dernier, victime de visions fantomatiques, se découvre des sentiments amoureux pour un énigmatique baronnet. Héritier d’un lugubre manoir et de mines d’argile abandonnées, il essaye d’en faire reprendre l’activé en sollicitant l’aide financière du père de la demoiselle tombée sous son charme.

Crimson-Peak-Mia-Wasikowska
Crimson Peak – Mia Wasikowska

Après un passage dans l’univers des méchas et monstres géants de Pacific Rim, Guillermo Del Toro nous revient avec une « ghost-story » aussi noire que somptueusement gothique, et retrouve ainsi le chemin des contes horrifiques poignants tel que l’était son sublime Labyrinthe de Pan.

Le casting trois étoiles : Mia Wasikowska en ingénue amoureuse, révélée au grand public en 2010 par le Alice au pays des merveilles de Tim Burton (elle reprendra d’ailleurs son rôle dans la suite prévue pour l’année prochaine), Tom Hiddleston (Loki, frère machiavélique de Thor dans les aventures des Avengers) ainsi que Jessica Chastain (également dans Seul sur Mars en ce moment au cinéma) en héritiers ruinés ambiguës. Tous évoluent dans des décors baroques et victoriens d’un manoir délabré, magnifique et effrayant, qui ne sont pas sans rappeler les heures de gloire des films macabres produits par la Hammer. Où qu’on laisse promener son œil sur la toile, le voici comblé des foisonnants détails.

Cet obscur tableau serait presque idyllique si l’intrigue ne mettait pas un temps important à se révéler et les déboires de l’héroïne à s’enchaîner avec un classicisme quelque peu prévisible.

Il n’en demeure pas moins que la mise en scène des séquences horrifiques, aux effets spéciaux saisissants, produisent leurs lots de montées d’adrénaline. Froussards et âmes sensibles, la projection vous en coûtera sans doute un sommeil perturbé (je sais de quoi je parle… 😀 ). Les autres, courrez le voir car un nouveau film de Del Toro est toujours un évènement en soi. 

Sébastien

Crimson-Peak---Tom-Hiddleston
Crimson Peak – Tom Hiddleston

Les films d’horreur n’ont jamais été ma tasse de thé. Je n’ai pas besoin de scènes horrifiques pour avoir peur car, l’imaginaire assez vif,  je me fais déjà suffisamment de frayeurs toute seule. Ahahah !
Mais Guillermo Del Toro a toujours su m’embarquer dans ses histoires où j’y vois davantage du fantastique angoissant que de l’horreur pure. Quelques frayeurs bien placées dans une esthétique incroyable jusque dans les moindres détails, ça me plait, et je franchis souvent mes appréhensions pour aller voir ses productions sur grand écran. Je passe la séance à sursauter, à broyer les mains de mon chéri ou le fauteuil sur lequel je suis assise, mais je suis à chaque fois contente d’avoir poussé la porte du cinéma.

L’histoire aurait pu s’appeler Edith au pays des horreurs tant plusieurs scènes m’ont évoquées le conte d’Alice aux pays des merveilles. J’adorerais d’ailleurs que Guillermo en réalise un jour sa propre version !
Le casting est bien choisi et tient la route. L’esthétique macabre du manoir délabré est d’une beauté sombre et poétique, je suis séduite… C’est bien simple, j’ai vécu les évènements avec Edith (Mia Wasikowska, que j’avais beaucoup appréciée dans Stoker). J’ai aimé suivre cette jeune femme volontaire, audacieuse et en marge de la bourgeoisie, attirée par le mystérieux. Sa curiosité lui permet de trouver ses inspirations, de vivre pleinement ses envies et de nous emmener dans cette histoire.
L’interprêtation parfaite de Jessica Chastain, mystérieuse et froide, dégage une puissance inquiétante. Elle donne le ton insaisissable et angoissant du film tout en faisant monter l’intensité crescendo.
Tom Hiddleston incarne un personnage difficile à cerner qui m’a mise mal à l’aise. Il tranche avec le personnage d’Edith, beaucoup plus lumineuse.

Dès les premières scènes, j’ai été gentiment embarquée, comme dans un rêve teinté d’étrange pour retourner à la réalité seulement les lumières rallumées. Je suis sortie soulagée, intriguée et quelque peu malmenée. Je vous le recommande, c’est un film soigné aux effets spéciaux réalistes qui mérite d’être vu.

Kloé

Crimson Peak de Guillermo Del Toro,
actuellement au cinéma.

  Cet article t'a plu ? Clique ici. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *