Le studio Aardman traverse la Manche

Expo-Aardman-Paris-09

Après l’exposition Les dessins du Studio Ghibli où l’on découvrait les secrets du layout pour comprendre l’animation de Miyazaki et Takahata, le musée Art Ludique nous fait découvrir cette fois-ci un monde « so british », plein d’humour et de clins d’œil, fait en pâte à modeler avec l’exposition Aardman, l’art qui prend forme !

Comme beaucoup de gens, je connais Wallace, cet homme pas très futé à la tête chauve et au sourire plein de grosses dents, son fidèle et intelligent chien Gromit ; Shaun, le mouton malin dont le film est actuellement en salle (on vous en parle ici) et les poules avides d’évasion de Chicken Run. Mais ce n’est que récemment que j’ai appris que ces longs métrages animés prenaient forme et vie grâce au studio anglais Aardman, et qu’il y avait beaucoup de courts et moyens métrages qu’on leur doit dont j’ignorais l’existence.

Expo-Aardman-Paris-06

J’ai donc découvert lors de cette exposition, avec un plaisir visible (je crois que mon sourire était aussi large que celui de Wallace, ah ah !), tout l’univers de ses personnages en pâte à modeler minutieusement filmés en stop motion, de leurs dessins préparatoires à leur naissance une fois créés en volume.

Expo-Aardman-Paris-08

À chaque recoin, à chaque décor que je découvrais, j’en prenais plein les yeux . J’ai réellement vécu un moment magique.

Plus de 400 dessins issus des carnets de croquis et plus de 50 décors différents sont exposés ! De quoi nous faire pénétrer dans cet univers aussi riche que vaste, nous présenter une partie de leurs courts métrages en plus des films classiques et tout nous apprendre de leur technique de création et d’animation.

Expo-Aardman-Paris-02

On y prend conscience notamment qu’avant de voir le film sur nos écrans, il y a beaucoup d’étapes préparatoires. Les idées sont, d’abord et toujours, dessinées sur des carnets de croquis. 

« Le dessin est le sommet d’une très grande pyramide. » – Nick Park

J’ai vu les premiers traits esquissant les personnages de Wallace et Gromit, croqués par Nick Park alors qu’il était encore étudiant. Je trouve drôle la manière dont ils étaient représentés avant : Gromit avec des dents et agissant tel un vrai chien, et Wallace qui porte une salopette, postier de métier se nommant alors Jerry…

Les maquettes sont grandioses et saisissantes de réalisme : le potager de Gromit avec ses courgettes qu’il dorlote pour le concours du plus beau légume de la ville, le lapin-garou dans la forêt semble prêt à s’animer et à tout ravager devant vos yeux. La cabane du coq de Chicken Run est bien plus grande que je me l’imaginais et on l’entend presque nous faire un discours.

Expo-Aardman-Paris-07

J’ai adoré la partie concernant le film Pirates ! Bons à rien, mauvais en tout. Les détails des pièces d’or, des personnages et de la cabine de Darwin avec tous ses spécimens, animaux et squelettes, sont tout bonnement incroyables !

Expo-Aardman-Paris-05

Le musée a eu l’audace, et bien lui en a pris, de ramener jusqu’à nous le magnifique et gigantesque galion des pirates d’une hauteur proche des 5 mètres. Tellement haut qu’ils ont même du démonter une partie du plafond du musée 😉 Là, je vous avoue qu’ils ont achevé en moi toute ridicule réserve récalcitrante de mauvaise humeur qui aurait pu résister à ce parcours déjà plein de surprises ! 

Expo-Aardman-Paris-04

Précurseurs et concepteurs de clips complètement barrés, les membres du studio Aardman nous ont offert des pépites avec Sledgehammer de Peter Gabriel…

…ou encore Nina Simone et son splendide My baby just cares for me.

C’est stupéfiant de constater tout le travail et la minutie nécessaires à une « simple » scène filmée image par image. Le travail d’animation des personnages est très long et laborieux. Un vrai travail de Titan. J’ai véritablement réalisé lors de ma visite de l’exposition car au cours d’un film on ne perçoit que le résultat final. Entre chaque image, les figurines doivent être bougées légèrement. C’est le montage des images qui, les unes à la suite des autres va créer l’illusion du mouvement dans son ensemble.

Vous l’aurez compris, cette exposition m’a bluffée ! Elle nous dévoile l’histoire des personnages qui ont rendu célèbre les créations Aardman, de l’idée originale à leur matérialisation, toutes les étapes que l’on ne connaît pas sont à découvrir via un parcours agréable et complet qui réveillera, j’en suis sûre, votre envie de soirée cinéma et de pop-corn devant un film animé de ce studio devenu mythique. 😉

Avez-vous déjà vu cette exposition ? Quel est votre film préféré du studio Aardman ?
Dites-moi tout. 😀

Un grand merci à Renaud Hamard, Karine Mestrejean et à l’équipe du musée Art Ludique.

Kloé

Aardman, l’art qui prend forme
Du 21 mars au 30 août 2015.

Art Ludique – Le Musée
34, quai d’Austerlitz, 75013 Paris

01.45.70.09.49
info@artludique.com
www.artludique.com

Photos © : Les instantanés de Kloé – Kloé W.

  Cet article t'a plu ? Clique ici. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *