Tatoueurs, Tatoués : Encré dans la peau

Affiche-Tatoueurs-Tatoues-ok

Tattoo (Live at Leeds) – The Who – clip de Chris Boyle

Ça y est ! J’ai enfin pu explorer la fameuse exposition Tatoueurs, Tatoués, victoire !
Après quelques tentatives infructueuses, des heures d’attente, je vous avoue que c’était inespéré. Cet évènement à nul autre pareil attire toujours une foule incroyable alors qu’elle est en place depuis mai 2014, et il faut être super patient (ce qui n’est pas ma qualité première, je l’avoue… 😀 ) pour avoir la possibilité de découvrir l’espace dédié à cet univers artistique au passé tumultueux.

Tatoueurs-Tatoues-34

Complète et didactique, cette exposition (la première en France portée sur l’historique et l’aspect artistique du tatouage), située sur la mezzanine Ouest des étages supérieurs du Musée du Quai Branly, s’adresse à tous, que l’on connaisse ou non ce domaine. Que l’on soit un initié, un frileux réfractaire ou juste un curieux, celle-ci possède l’atout indéniable de se rendre accessible à tous les types de publics. Des jeunes, des vieux, des tatoués et non tatoués, il y a donc beaucoup de monde. Mais, hormis quelques passages plus étroits où la circulation se fait plus lente, l’ensemble de la progression reste fluide malgré l’affluence, avec le recul suffisant pour voir les photos et les différentes pièces et œuvres exposées. Un parcours bien établi, permettant de découvrir le tatouage dans différentes cultures de manière sectorisée.

(Laissez votre curseur sur l’image pour en savoir plus)Tatoueurs-Tatoues-15Tatoueurs-Tatoues-16 Tatoueurs-Tatoues-13Tatoueurs-Tatoues-11Tatoueurs-Tatoues-12 Tatoueurs-Tatoues-19

Du global au marginal
L’étymologie du mot tatouage provient de « Tatau » qui désigne en polynésien le marquage sur le corps des motifs tribaux découvert au 18ème siècle lors des expéditions maritimes de James Cook en Océanie.
Se marquer la peau, que ce soit lors d’un rite de passage au monde adulte ou pour montrer son appartenance à un groupe, son origine ou son statut social, existe depuis des temps immémoriaux. Un art ancestral, brut et avant tout symbolique reconnu par tous au sein de ces ethnies.

Tatoueurs-Tatoues-31 Tatoueurs-Tatoues-04Tatoueurs-Tatoues-42

Suivant les cultures, cet art indélébile et tribal revêt de multiples aspects et de nombreuses fonctions expliquées au fur et à mesure de notre progression : guérison, magnification, vénération, …

Tatoueurs-Tatoues-05Tatoueurs-Tatoues-03 Tatoueurs-Tatoues-02 Tatoueurs-Tatoues-01

La rue, l’armée, la prison
Les tatoueurs sortent du schéma classique des figures imposées par les symboles rituels en créant leurs propres motifs. Mais la colonisation a perturbée et réduit la pratique du tatouage autrefois omniprésente dans les sociétés traditionnelles. Le christianisme condamne sa pratique, et le tatouage en Europe devient un marquage associé à la criminalité. Puis un acte de volonté d’indépendance.
Dans la première partie de l’exposition, on retrouve la marginalité, le tatoueur-voyageur et le milieu forain avec les sideshows (spectacles de foire durant lesquels sont exposés à la vue de tous ces « phénomènes », encore étranges et curieux pour beaucoup, que sont les tatoués dans les années 1900 aux États-Unis).

Tatoueurs-Tatoues-18 Tatoueurs-Tatoues-21 Tatoueurs-Tatoues-22 Tatoueurs-Tatoues-20Tatoueurs-Tatoues-29

Le tatouage a donc mauvaise réputation et une image négative car ceux qui l’arborent sont systématiquement assimilés aux personnes dites alors « peu recommandables » : marins, voyous, prisonniers, forains, marginaux et autres « personnes de mauvaise vie »… C’est cette connotation qui exclut le tatouage et celui qui le porte, leur interdisant toute forme de respectabilité hors des milieux en marge de la société au cours du siècle dernier…

Tatoueurs-Tatoues-28 Tatoueurs-Tatoues-26Tatoueurs-Tatoues-27 Tatoueurs-Tatoues-25Tatoueurs-Tatoues-24

Un art en mouvement
Au cours de l’expo nous voyageons à travers les cinq continents. On s’envole vers l’Asie et le Japon. De l’ornemental discret au tatouage recouvrant le corps entier ou par morceaux, le tatouage japonais est rejeté au 20ème siècle car il se retrouve, également de ce côté-ci du monde, associé aux milieux criminels et mafieux des Yakuzas.

Tatoueurs-Tatoues-50 Tatoueurs-Tatoues-48 Tatoueurs-Tatoues-49

Direction l’Amérique du Nord. Avant de trouver son style spécifique aux couleurs vives et traits marqués, le tatouage américain s’est inspiré du classique européen. Forts de leurs échanges avec le Japon et de leur volonté à faire avancer les techniques, les États Unis font évoluer le tatouage plus rapidement qu’en Europe grâce à l’invention de la 1ère machine à tatouer électrique (brevet déposé en 1891).

Tatoueurs-Tatoues-46 Tatoueurs-Tatoues-45 Tatoueurs-Tatoues-44 Tatoueurs-Tatoues-47

Viennent ensuite : La renaissance du tatouage traditionnel avec la Polynésie (Nouvelle-Zélande, les Samoa,…), l’Indonésie, les Philippines et la Thaïlande. Puis Les nouveaux territoires du tatouage dans le monde avec la Chine et l’Amérique latine (Latino et Chicano).

(Laissez votre curseur sur l’image pour en découvrir la provenance)Tatoueurs-Tatoues-39 Tatoueurs-Tatoues-40Tatoueurs-Tatoues-41Tatoueurs-Tatoues-38 Tatoueurs-Tatoues-35Tatoueurs-Tatoues-37

Au fil de cette exposition, j’ai pu découvrir les tatoueurs et tatoués à travers l’Histoire, celle avec un grand « H » intimement mêlée aux explorations du monde faites par les navigateurs que ne tardèrent pas de suivre les colonisateurs, avec toutes les incidences que cela put avoir sur les vies, les coutumes et les cultures locales… Un beau panel de photos, d’outils, de sculptures et de projets dessinés ou reproduits sur parties de corps synthétiques qui nous plonge richement dans cet art, reconnu comme tel que depuis peu. Car, qu’on se le dise, le tatouage est un art ! C’est un tout, un ensemble, une association de gestes techniques, d’outils, de pigments pour enfin aboutir au marquage du corps.

Divers projets de tatouages (laissez votre curseur sur l’image pour connaître l’artiste)
Tatoueurs-Tatoues-08 Tatoueurs-Tatoues-09 Tatoueurs-Tatoues-07 Tatoueurs-Tatoues-36 Tatoueurs-Tatoues-06

Aujourd’hui, le tatouage opère dans les sociétés occidentales son grand retour en force. Alors que, quelques décennies en arrière à peine, le courant était inverse et créait un fossé entre les tatoués et la société dite « respectable ». On constate actuellement un revirement de situation qui commence à s’étendre. Tel un retour de tsunami où la mer reprend ses droits, le tatouage devient actuel, s’expose dans la vie personnelle comme professionnelle parfois (de plus en plus de mannequins et de personnes célèbres sont tatouées et exhibent les œuvres qui les ornent). Il ne choque plus, est davantage intégré, accepté et parvient même à être reconnu en tant qu’art corporel par une partie de plus en plus grandissante de la société.
Pour les réfractaires de tout poil, qui ne le verraient pas de la sorte, je vous invite à ouvrir votre esprit et à découvrir cette expo. Et même si elle ne vous convainc pas de vous faire un jour tatouer, ce qui n’est absolument pas son objectif, elle vous apprendra certainement beaucoup de choses que vous ignorez sur cet acte jamais anodin.

(Laissez votre curseur sur l’image pour connaître l’artiste)Tatoueurs-Tatoues-52 Tatoueurs-Tatoues-51Tatoueurs-Tatoues-10 Tatoueurs-Tatoues-43 Tatoueurs-Tatoues-33

On doit cet évènement incontournable aux commissaires d’exposition Anne et Julien, fondateurs de la revue HEY ! Modern art & pop culture. Également auteurs, réalisateurs et performers tatoués de la tête aux pieds, ils se sont produits sur scène tout au long de l’exposition, offrant un spectacle (dont je vous parlais ici) sur l’histoire du tatouage.
L’artiste tatoueur Tin-Tin, grandement réputé dans le milieu du tatouage et officiant dans le 9ème arrondissement de Paris, leur a apporté son point de vue en tant que conseiller artistique.
Grâce à leurs efforts communs et un énorme travail de recherche iconographique qui s’avère très complet, on aborde l’histoire du dessin corporel avec le goût de l’exploration et de la redécouverte des choses oubliées ou méconnues des époques antérieures.

Et vous, avez-vous vu cette expo ? Cela vous tente-t-il ? Êtes-vous tatoués ?
Dîtes-moi tout 😉

Kloé

En bonus, une super vidéo en slow motion d’un dermographe en action. 

Tatoueurs, Tatoués
Musée du Quai Branly  : 37 Quai Branly – 75007 Paris.

Actuellement et jusqu’au 18 octobre 2015.
Ouverture : mardi, mercredi et dimanche (11h – 19h).
Jeudi, vendredi et samedi (11h – 21h). Fermé le lundi.

Tél. : 01.56.61.70.00.

www.quaibranly.fr

Photo d’ouverture © Thomas Duval
Autres photos © Les instantanés de Kloé – Sébastien R.
Remerciements à Pierre Laporte et Frédéric Pillier. 

1 - Cet article t'a plu ? Clique ici. 😉

3 réflexions au sujet de « Tatoueurs, Tatoués : Encré dans la peau »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *