Roman : Les brumes de l’apparence

les-brumes-de-l-apparence

Gabrielle est une quarantenaire épanouie dans sa vie comme dans son travail. Citadine parisienne dans toute sa splendeur, elle enchaîne un rythme de vie à cent à l’heure. Quand un notaire lui annonce qu’elle hérite d’une maison en plein milieu de la France dans un village perdu à la campagne, celle-ci décide de se rendre sur place pour régler une fois pour toute la mise en vente et se débarrasser de ce bien entouré d’une nature qu’elle déteste au plus haut point.
Une maison en ruine, des hectares de terrain en jachères, voilà le lieu où elle se trouve contrainte de passer la nuit.
À son réveil, des brides de rêves lui reviennent, un évènement imprévu va venir ébranler toute la certitude qu’elle possède. L’au-delà peut il se matérialiser à nos yeux ? Cette terre ancestrale est-elle particulière ? Bien contrainte de l’admettre, certaines choses inexplicables vont mettre en doute tout ce qu’elle connait jusqu’à présent et chambouler sa vie. 

Mon avis : Ce roman est sombre et envoûtant. Il m’a intrigué et m’a emmené jusqu’à sa conclusion sans vraiment m’en rendre compte. Il fait appel à l’ouverture d’esprit et aux peurs profondément ancrées de par une éducation occidentale très individualiste.
J’ai aimé être malmenée par certains passages, me rendre compte que je tenais la page du livre avec une tension évidente comme si j’avais besoin de garder un pied dans le réel. J’ai voyagé auprès de cette femme, qui se voit contrainte d’ouvrir les yeux sur sa vie, ses idées reçues et son rapport aux autres comme sur la nature. J’ai eu envie de lui apporter mon aide et de la soutenir. Doutes, frayeurs et soulagement m’ont envahis au fil du récit. Les décors se sont imposer à moi comme si j’étais sur place. J’ai fait une balade en forêt et découvert des demeures bien particulières grâce à elle.

L’écriture est relativement fluide et bien menée. Certains passages plus denses avec des termes précis sur les univers scientifique et ésotérique m’ont demandé cependant davantage d’efforts pour ne pas décrocher. 

« Les esprits sont comme les parachutes,
ils ne fonctionnent que lorsqu’ils sont ouverts. » Lord Thomas Dewar

Si vous l’avez lu ou aller le lire, n’hésitez pas à me donner votre ressenti sur ce roman. Ça promet d’intéressantes discussions.

Bonne lecture ! 

Kloé

Les brumes de l’apparence – Frédérique Deghelt
Éditions Actes Sud / Babel

  Cet article t'a plu ? Clique ici. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *