Interview : Gaëtan Brizzi

Interview Gaëtan Brizzi - Les instantanés de Kloé.
Gaëtan Brizzi devant Persée et Méduse, exposé à la Galerie Daniel Maghen.

À l’heure de la magnifique exposition des frères Brizzi sur le thème des légendes, actuellement présentée à la Galerie Daniel Maghen, c’est sans le second membre de la fratrie et du binôme professionnellement indissociable, formé depuis de nombreuses années avec son jumeau, que Gaëtan a bien voulu répondre pour son frère Paul (retenu pour cause d’emploi du temps chargé) à quelques unes des questions du blog Les instantanés de Kloé.

Les instantanés de Kloé : Après votre bande dessinée La Cavale du Dr Destouches, réalisée à quatre mains et éditée l’an dernier (Futuropolis), comment est né le projet de créer des illustrations autour du thème des mythes et des légendes ?
Gaëtan Brizzi : Mon frère et moi sommes férus de dessin, le dessin comme une fin en soit. Il y a trois ans, nous avions réalisé pour la Galerie Daniel Maghen une exposition sur les grands opéras, et ça s’était très bien passé. Nous avons ensuite été encouragés, à la fois par nos amis, le public, les gens qui ont acheté nos dessins et la galerie elle-même, à la préparation d’une nouvelle exposition.
Comme nous aimons beaucoup l’Histoire avec un grand H et les récits fantastiques, notre idée était au départ d’illustrer les grands évènements historiques mais avec les images un peu sublimées qu’on a dans la tête, comme Hannibal passant les Alpes ou Jeanne D’Arc menant ses hommes au combat, qui sont des grandes pages d’Histoire, marquantes quand on est enfant, et qui s’accompagnent également d’une imagerie héroïque et fantastique forte. Nous avons souhaité donner notre vision personnelle de ces faits, et au-delà de tout ça, illustrer également les grands moments de la mythologie : Orphée et Eurydice, Thésée et le Minotaure, Persée et Méduse… Nous brossons donc un très large éventail de moments héroïques.

Frères Brizzi - Hannibal traversant les Alpes. Les instantanés de Kloé.
Hannibal traversant les Alpes – Paul et Gaëtan Brizzi.
Frères Brizzi - Ulysse et la magicienne Circé. Les instantanés de Kloé.
Ulysse et la magicienne Circé – Paul et Gaëtan Brizzi.
Frères Brizzi - Orphée et Eurydice. Les instantanés de Kloé.
Orphée et Eurydice – Paul et Gaëtan Brizzi.
Frères Brizzi - Hercule et le dragon du jardin des Hespérides. Les instantanés de Kloé.
Hercule et le dragon du jardin des Hespérides – Paul et Gaëtan Brizzi.

Parmi toutes les légendes qui ont retenu votre attention, vous avez sans doute dû faire un choix. Comment s’est-il opéré ?
D’abord, nous avons nos petits chouchous (rires). Nous avons des thèmes récurrents dans nos recherches. On a commencé tout simplement à faire une liste. On s’est mis vraiment comme dans la peau du grand public. Par exemple, pour Roland à Roncevaux, des moments comme celui-ci, ça vient tout seul parce que ce sont des histoires tellement célèbres, si j’ose dire. C’est ce qui nous a guidés. Après, bien sûr, il y a eu tout le travail d’élaboration, de conception de dessin, de mise en forme, de recherches graphiques.

Frères Brizzi - Roland à Roncevaux. Les instantanés de Kloé.
Roland à Roncevaux – Paul et Gaëtan Brizzi.
Frères Brizzi - Jeanne D'Arc. Les instantanés de Kloé.
Jeanne d’Arc guidant ses hommes au combat – Paul et Gaëtan Brizzi.

Par leur ampleur, leur charge dramatique et leur quasi absence de couleur, il se dégage de vos illustrations la puissance évocatrice des gravures de Gustave Doré ou de celles issues des romans de Jules Verne de la collection Hetzel (ndlr : Alphonse de Neuville, Leon Benett, George Roux…). Quelles ont été vos sources d’inspirations ?
Vous venez exactement de les citer. Gustave Doré, bien sûr, qui est le plus grand parmi les plus grands illustrateurs. Mais aussi les peintres du XIXème siècle célèbres de leur temps, des peintres du salon officiel, les orientalistes, comme Jean-Léon Gérôme, Arnold Böcklin. Tous furent éclipsés dans la seconde partie du XXème siècle, voire même méprisés par les historiens d’art et le grand public au profit d’autres artistes qui avaient été obscurs en leur temps : les impressionnistes. Aujourd’hui, nous sommes revenus à un rééquilibrage grâce, entre autres, au musée d’Orsay. Ces peintres ne méritent pas l’appellation de « Pompiers », ils étaient tout simplement déjà des visionnaires, dont le seul tort était, entre guillemets bien entendu, de savoir « trop bien » peindre.

L'Île des morts - Arnold Böcklin. Les instantanés de Kloé.
L’Île des morts – Arnold Böcklin (version de Berlin – 1883).
Phryné devant l'Aréopage - Jean-Léon Gérôme. Les instantanés de Kloé.
Phryné devant l’Aréopage – Jean-Léon Gérôme (1861).
Pollice Verso - Jean-Léon Gérôme. Les instantanés de Kloé.
Pollice Verso – Jean-Léon Gérôme (1872).

Pourquoi le choix de la mine graphite mariée à la cire ? Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est ce crayon spécial et la raison de son utilisation par vos soins ?
Paul et moi venons du film d’animation. Nous avons fait une partie de notre carrière aux États-Unis dans les grands studios, et quand nous nous sommes retrouvés chez Disney à travailler sur des longs métrages comme Le Bossu de Notre-Dame, en choisissant tout simplement nos outils, nous avons eu un coup de foudre pour un crayon moitié carbone et moitié cire. C’est devenu véritablement notre outil de prédilection. Il se trouve que la composante de la cire amène un velouté et une profondeur que le crayon mine de plomb n’a pas.

Combien de temps vous est en moyenne nécessaire pour concevoir une illustration du type de La Tour de Babel ?
Vous avez nommé l’un des plus lourds, sans jeu de mot (rires). La Tour de Babel m’a demandé à moi, qui suis plus spécialisé dans les décors – Paul travaille davantage sur les personnages -, bien trois semaines de travail.

Frères Brizzi - La Tour de Babel. Les instantanés de Kloé.
La Tour de Babel – Gaëtan Brizzi.

Avez-vous toujours travaillé en complémentarité l’un et l’autre ou avez-vous un temps travaillé séparément, à des postes différents ?
C’est vrai que nous avons toujours travaillé ensemble, notamment dans le domaine de l’animation. Comme vous le savez, c’est un travail d’équipe. En plus, chez Disney et dans les grands studios, les réalisateurs vont par paire. Nous étions donc les « Brizzi brothers », les frères Brizzi. Alors, on se partageait le boulot. À la préproduction, on conçoit les choses ensemble. En production, Paul dirige vraiment l’animation, toute la direction d’acteurs avec les personnages. Et moi, je m’occupe plus de la partie direction artistique, le style du film, les décors, etc.

Séquence d’ouverture du Bossu de Notre-Dame (1996), réalisée par les frères Brizzi : 

Des œuvres exposées à la galerie Maghen sera édité un ouvrage (éditions Daniel Maghen). Comment se présentera le livre ? Comportera-t-il des textes ou sera-t-il uniquement illustré ?
Au départ, l’idée de ce livre était de faire un catalogue pour l’expo, mais Daniel Maghen nous a suggéré fort intelligemment de faire un livre un peu plus générique, plus large, afin de montrer l’étendue de notre travail. Il y aura dans cet ouvrage, qui gardera le titre de Légendes, plus que les dessins que vous pouvez voir actuellement à l’exposition. Il y aura des illustrations qui nous ont été commanditées l’année dernière et qui rentrent dans le cadre des légendes, comme par exemple Le Songe d’une nuit d’été ou Les Misérables, et d’autres dessins que nous avions fait il y a plusieurs années sur le Roland furieux, un thème épique italien.
Le livre comportera également des textes. Vincent Odin, qui en est le maquettiste, tient non seulement à montrer les dessins préparatoires, les esquisses, mais aussi des extraits de textes souvent issus de poésies, qui ne colleront pas forcément exactement à ce que montrent les dessins, mais qui seront en parfaite adéquation avec les thèmes de ceux-ci. Il y aura donc beaucoup de poésies.

Opéras de Paul et Gaëtan Brizzi - Galerie Daniel Maghen. Les instantanés de Kloé.
Catalogue de la précédente exposition des frères Brizzi (Galerie Maghen – 2013).

Avez-vous déjà une idée de ce que pourrait-être votre prochain ouvrage en terme de livre illustré ?
En fait, je viens presque de répondre à votre question dans ma précédente réponse. Après les opéras et les légendes, Paul et moi avons envie que notre prochaine exposition, qui ne sera pas avant deux ou trois ans, porte sur le thème de la poésie française. Nous pensons vraiment nous attaquer aux grands poèmes de Charles Baudelaire, Paul Éluard, Guillaume Appolinaire… et faire donc une expo qui s’appellerait Poésies. Illustrer les grands poèmes pour nous permettre de montrer le sentiment que peut évoquer une poésie.

La majeure partie de votre carrière s’est faite dans le monde de l’animation. Quel regard portez-vous aujourd’hui sur ce domaine ? Est-il, selon vous, plus difficile qu’avant de réaliser long ou un court métrage ?
Ça toujours été difficile, mais il faut distinguer la France des États-Unis. En France, un vieil adage disait : « On n’a pas de pétrole mais on a des idées ». Ça reste toujours vrai. On n’a toujours pas de pétrole, pas d’argent, mais la France demeure un pays très ouvert sur les idées nouvelles. On voit beaucoup de choses se faire, le problème c’est que ça coûte très très cher, et que souvent on manque de moyen, non seulement pour faire aboutir des projets mais techniquement pour avoir le temps de les mener à bien, contrairement aux États-Unis, et là c’est dommage. Il y a un vrai problème à ce niveau-là… 

Après la réalisation d’un segment du film Le Prophète, vous restez actifs dans le domaine de l’animation. Quel est votre prochain projet animé ?
Nous travaillons actuellement avec un producteur sur un film pour la famille. Nous en sommes pour l’instant à l’étape du développement et sur le film pilote. Ça s’appelle Les Mousquetaires du Tsar. C’est un très beau projet d’aventure qui se passe entre la Russie et le Mont St-Michel au temps de Louis XIV. J’espère vraiment que ce projet verra le jour.

Merci Gaëtan Brizzi pour vos réponses, votre disponibilité et votre éloquence face à nos questions.
Merci à vous et à vos lecteurs pour l’intérêt porté à notre travail.

Propos recueillis par Sébastien pour le blog Les instantanés de Kloé.fr

Exposition Légendes de Paul et Gaëtan Brizzi - Galerie Daniel Maghen. Les instantanés de Kloé.

Exposition Légendes de Paul et Gaëtan Brizzi
actuellement et jusqu’au 2 avril 2016.

Entrée libre.
Galerie Daniel Maghen
47 quai des Grands Augustins – 75006 Paris.
Ouverture du mardi au samedi, de 10h30 à 19h.

Téléphone : 01.42.84.37.39.
www.danielmaghen.com

Les instantanés de Kloé.fr remercient chaleureusement l’ensemble de l’équipe de la Galerie Daniel Maghen pour leur accueil et leur aide quant à la réalisation de cette interview.

Photo d’ouverture : © Sébastien R. – Les instantanés de Kloé.
Ensemble des illustrations © Paul et Gaëtan Brizzi.

4 - Cet article t'a plu ? Clique ici. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *